30/06/2010

Boulot, lecture, séries: bilan du mois de juin


Après un mois de juin placé sous le signe du boulot, j'ai enfin fini de traduire mon deuxième bouquin, et cette fois, cela a été bien plus difficile que le premier... J'aurais dû m'en douter, mais ma motivation avait nettement baissé, finie l'excitation du premier job, je m'installe dans la routine. En plus, l'histoire et les personnages m'ont beaucoup moins plu, mais peut-être était-ce simplement que l'euphorie et le stress avaient disparus, et j'ai traîné... Mais j'ai décidé de me ressaisir, et vu que je ne pars en vacances qu'en août, je vais profiter du mois de juillet pour me remotiver et me lancer le défi de traduire un bouquin en un mois (oui oui, on y croit!).
Du coup, ma PAL n'a pas baissé d'un pouce, et j'ai toujours le dernier Cecily Von Ziegesar, gentiment envoyé par l'attachée de presse de chez Michel Lafon, qui m'attend bien sagement. Je l'ai commencé et je trouve qu'il a l'air super, l'histoire se déroule sur un campus américain, et je pense que ce sera la lecture de plage parfaite! By the way, il s'appelle Glam, jalousie et autres cachotteries, ça c'est du title qui en jette...
Sur ma PAL, il y a aussi le dernier Millenium en anglais, que j'ai également commencé (oui, je sais, c'est ma spécialité!), et le dernier Janet Evanovich, Sizzling Sixteen, que le grand méchant Amazon ne m'a toujours pas envoyé. Chaque année, j'attends avec impatience le mois de juin pour recevoir la suite des aventures hilarantes de Stephanie Plum. Je sais que je vous en ai déjà parlé, mais je ne peux pas suffisamment insister sur le fait que ces bouquins sont tout simplement géniaux, et j'enrage de ne pas l'avoir reçu! Et juste en-dessous, il y a un livre intitulé Murder... Suicide... Whatever... écrit par Gwen Freeman, et rien que pour le titre, je dois dire que j'en salive d'avance. Et puis, comme chaque été, je vais me relire un Harry Potter, le dernier je pense. D'ailleurs, je ne résiste pas à vous mettre la bande-annonce officielle, sortie il y a deux jours, ça a l'air tellement génial que l'attente jusqu'au mois de novembre va paraître bien longue....




Sinon, au lieu de lire, j'ai passé pas mal de soirées devant une série vraiment exceptionnelle, j'ai nommé THE WIRE (Sur écoute), largement reconnue dans le monde entier comme la meilleure série qui ait jamais été faite, et je dois bien admettre que je suis plus que conquise! Elle nous plonge en plein coeur des quartiers chauds de Baltimore, et nous en fait découvrir toutes les facettes, des flics qui tentent de remonter le trafic de drogue aux dealers et jeunes du ghetto, qui font eux ce qu'ils peuvent pour s'en sortir. Chaque saison suit une facette différente, que ce soit l'éducation, la politique, la police, les trafics en tous genres (de drogue ou d'êtres humains), et tout cela avec un réalisme poignant, mais aussi une bonne dose d'humour. Une série policière, donc, mais pas que... Les personnages sont hauts en couleur, les dialogues à mourir de rire (d'ailleurs, il y aurait une vraie dissert à faire sur le langage de cette série, que ce soit dans les ghettos ou chez les flics, il est particulièrement, disons, fleuri!), et les saisons sont plus passionnantes les unes que les autres. Elles sont composées chacune d'une douzaine d'épisodes qui durent environ une heure chacun, et une fois que l'on commence, il est impossible d'en décrocher! Mais, ce que cette série a de mieux, c'est qu'elle est intelligente. Ici, le spectateur n'est pas pris pour un débile, loin de là! Tout n'est pas forcément explicité et décortiqué, mais on comprend tout petit à petit. Elle s'est terminée au bout de cinq saisons, et cela avait fait grand bruit aux États-Unis, où elle jouissait d'un succès critique incontesté. Pensez-vous, Barack Obama lui-même avait déclaré que c'était sa série préférée!



10/06/2010

The Carrie Diaries by Candace Bushnell

Candace Bushnell est celle qui a imaginé tout cela: la jolie Carrie, ses trois copines, son Mr Big, sa vie dans son petit appart new-yorkais si charmant. Elle est aussi l'une des pionnières de la Chick Lit, mais à sa façon à elle, car elle allie le glamour et les histoires de filles, mais elle y ajoute toujours sa petite touche à elle, une touche plus réaliste et complexe, plus cruelle aussi, mais qui ressemble plus aux gens en vrai. Elle ne nous montre pas que le 'bon' côté des choses et des personnages.


Candace Bushnell à 17 ans
The Carrie Diaries est ce qu'on appelle un prequel, c'est à dire que ce livre nous replonge dans la jeunesse de Carrie Bradshaw, alors qu'elle n'est pas encore la Carrie que nous connaissons. Cette jeune fille que nous rencontrons est élève de terminale dans le lycée d'une petite ville du Connecticut et vit avec son père et ses deux soeurs. Elles ont récemment perdu leur mère, et tentent tant bien que mal de se construire et de grandir sans elle et avec seulement leur père, un scientifique gentil mais franchement dépassé par les événements.
Comme toute jeune fille de 17 ans, Carrie ne vit que pour ses amis du lycée, une petite bande de jeunes qui ont bien du mal à trouver leur place dans les cliques et catégories de ce lycée. Entre bêtises, jalousie, trahison, amitié, découverte des premiers petits copains, du sexe et de la cruauté des gamins de cet âge, ils vont tous devoir apprendre à savoir qui ils sont, avant leur grand départ pour l'université, et la nouvelle vie qui les attend.
Carrie est une héroïne joyeuse et attachante. Fidèle à ses amis, elle est aussi un sacré coeur d'artichaud et tombe rapidement amoureuse du nouveau 'bad boy' du lycée, jeune homme riche à la réputation sulfureuse. On sait dès le début que ce n'est qu'une question de temps avant qu'il ne lui brise le coeur, et ça ne rate évidemment pas. On la sent jeune et fragile, et en même temps, au bord de devenir une jeune femme confiante en elle et en son avenir, prête à entrer à Brown, à tout faire pour devenir écrivain, et à laisser tout cela derrière elle.
En somme, une lecture très agréable, qui nous replonge dans un monde quitté il n'y a pas si longtemps et pourtant que l'on s'est empressé d'oublier, fait de petits drames quotidiens, de petites disputes entre amis qui semblent être la fin du monde, et pourtant oubliées dès le lendemain. J'ai beaucoup aimé et vraiment bien accroché, je conseille vivement. Back to high school everyone!

08/06/2010

Premier teaser Harry Potter and the deathly Hallows



Et le clip diffusé aux MTV Music Awards...

07/06/2010

I ♥ Comptoir des Cotonniers


Oui, je sais, tout le monde connaît déjà! La grande nouvelle, oh lala! Mais je me suis trouvé mon parfait manteau d'été là-bas, et je l'aime, je l'aime, je l'aime! Je le mets tout le temps...
Il est en lin bleu marine et malgré ma fashion phobie, il va parfaitement avec du noir (shocking isn't it?). Les épaules structurées lui donnent un style original et la coupe droite est particulièrement flatteuse. Quand on ajoute à cela le fait qu'il est soldé à -50% en ce moment et qu'il va super bien avec le superbe sac en cuir noir (soldé lui aussi) que j'ai acheté là-bas, je n'ai pas résisté longtemps!
Voilà, c'était mon quart d'heure blogueuse mode...

03/06/2010

Sex & the City 2



J'attendais avec impatience la suite du premier film, qui m'avait absolument ravie, et je n'ai pas été déçue! Sans dire que c'est un chef d'oeuvre, cette suite fait honneur à la série dont elle est tirée. On retrouve Carrie, Samantha, Charlotte et Miranda en grande forme, on rit, on s'extasie devant leurs tenues et on passe un excellent moment. Alors, il faut en effet supporter la salle pleine de minettes piaillantes, mais on en ressort de bonne humeur, c'est ce qui compte.

Côté scénario, Carrie est donc Mrs Big, et elle en a marre de partager ses soirées avec un écran de télé et a peur de devenir un couple ennuyeux. En même temps, après toutes ces années à courir New York sur des talons de 12, on se dit qu'elle aurait bien mérité un peu de repos, mais elle s'angoisse, et saute donc sur l'occasion quand Samantha propose un voyage première classe à Abu Dhabi, gracieusement offert par l'un de ses riches clients. Charlotte a quant à elle bien du mal à se faire à sa vie de mère au foyer après la naissance de sa deuxième fille et ses soucis de nanny. Miranda, elle, se demande comment concilier une vie professionnelle de plus en plus prenante et sa vie de famille. Nos quatre copines préférées s'envolent donc pour un voyage plein de rebondissements et qui promet son lot d'expériences dépaysantes.
Je concède les clichés sur les femmes musulmanes, mais je trouve que tout ça est traité avec l'humour et le décalage que l'on aime dans cette série. Et puis bon, c'est SATC, pas le Guide du Routard!

Comme toujours, certaines scènes sont absolument hilarantes, comme le mariage gay, et d'autres vraiment émouvantes, comme le karaoké organisé par Miranda, ou le désespoir de Charlotte face aux pleurs incessants de sa petite fille. Je donne trois étoiles!

PS: D'ailleurs, en ce moment, je lis The Carrie Diaries de Candace Bushnell, et je me régale! Note à venir très bientôt...